Spectacles sans public, sphère publique et sphère privée.

Cet article est dans la catégorie "Divu" : Divertissement utile.

Vous trouverez, dans cet article de CRI, des Constats - Reflexions - Impulsions (CRI) intéressants, pour illustrer l'évolution actuelle vers des spectacles sans public, les goguettes sur internet, et la démarcation entre la spère publique et la sphère privée et le rapport au divin dans cette année surprenante.
Les chapitres sont :


Creative Commons License  "Les CRIs : Au fil du temps : Spectacles sans public, sphère publique et sphère privée." vous est proposé par les-cris.com sous la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License.
Mis-sur-site : 26/07/2020 / Mis-à-jour : 26/07/2020

Goguette sur internet : Parodie de "Les amoureux des bancs publics"

Voici une très bonne goguette sur internet, venue de suisse...
Merci à JF, qui me l'a envoyé ce matin.

Goguette sur internet : Parodie de "Les amoureux des bancs publics" de Georges Brassens - par 120 minutes

C'est drole. Et révélateur de ce qu'il se passe.
La chute est superbe, ... et édifiante !....
Je développe à la fin de cet article, là :

Les goguettes... sur internet

Les goguettes sur internet viennent sur le devant de la scène.

Arret Sur Image a fait son émission de la semaine, sur ce sujet :
"Créer à distance : "Ca ne remplace jamais un spectacle vivant"
Confinement, le bilan : émission # 1
24 juillet 2020"

L'introduction de l'émission : "Début de notre série d'été sur le bilan du confinement. Première émission : créer en confinement."

Spectacles, sans public en présence, mais sur internet

Une autre goguette l'avait aussi dit, en juin :
"Puisque dorénavant, pour conjurer la peur
Le spectacle vivant se joue sans spectateur."

Ce sont les derniers vers de la goguette :
"Ô postillons maudits ! - Les Goguettes (en trio mais à quatre)" : https://www.youtube.com/watch?v=Nf8nA8_p5Y8

Certes les spectacles se font sans public, mais c'est compter sans le numérique.
Tout en gardant le principe des goguettes, le spectacle se fait sur internet.

Avec la revolution-de-la-circulation, et le passage d'une attention portée sur le matériel vers une attention portée sur l'immatériel et l'informationnel, ces nouvelles formes de spectacles sont normales.

C'est moins sensuel et corporel, ... mais c'est plus informationnel.

Cela fait parti des tendances du moment.
Comme indiqué dans cet article :
11 mai 2020 : Constats et réflexions sur les synergies entre corps, sensualité, et immatériel, numérique

Un extrait qui pointe cela :
"La "distanciation sociale" : une distance dans les interactions entre les gens, c'est évident.
Le numérique vient souffler encore plus fort sur la distanciation physique des corps dans les rencontres quotidiennes.
On assiste à une double distanciation : celle des corps, lors des rencontres, ... et celle des êtres et des esprits, via le numérique."

Là, dans le cas des spectacles, c'est un double mouvement croisée : distanciation des corps, mais rapprochement d'un public plus vaste, via l'internet.

On ne va plus au spectacle, c'est le spectacle qui va à la personne

"Si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère ira à toi." (le film Le Bossu).

Le mouvement avait commencé dans les années 1996, avec le téléphone mobile :
Avec le téléphone fixe, la personne va vers la communication : l'individu va au téléphone quand il sonne, rentre chez lui pour recevoir la communication, etc...
Avec le téléphone mobile, c'est la communication qui va vers la personne, où qu'elle soit.

Ensuite, avec l'internet, idem pour l'information :
Avant, la personne allait à l'information (dans les bibliothèques, dans les universités, etc...)
La personne allait acheter le journal.
Les livres permettait que l'information aille à la personne.
Avec l'internet, c'est l'information qui va jusqu'à la personne, où qu'elle soit.

Ensuite, avec le e-commerce, idem
Avant, les personnes allaient dans les magasins. Le terme magasin dit "un lieu où l'on stock les choses", on l'on emmagasine les choses.
Depuis quelques années, le commerce va jusqu'à la personne, pour choisir et acheter des choses. Le site de e-commerce présente les produits et fait la transaction d'achat, dans la maison de la personne, au bureau, où qu'elle soit.
La livraison apporte les choses achetées jusqu'à la personne, où qu'elle soit.

Idem, la musique et les films, écouté et vu là où se trouve la personne, sans plus aller forcément au cinéma ou au concert, ...

Il semble que le mouvement se prolonge, maintenant, avec ces formes de spectacles vivants, la production et la représentation se transforment, associants la forme traditionnelle, et ... les moyens numériques, dont l'internet.

Avec cette évolution constatable : ce n'est plus la personne qui va au spectacle, c'est le spectacle qui vient jusqu'à elle, notamment chez elle.
Heureusement, cette évolution ne veut pas dire qu'il n'y a plus du tout de spectacles et de gens qui vont à ces spectacles. C'est une évolution vers plus de spectacle qui viennent jusqu'à la personne.

Ce mouvement se prolonge aussi pour la consultation médicale : idem, elle vient à domicile via internet (sans que le médecin ne se rende à votre domicile).

La sphère publique et sphère privée

La notion de sphère publique et de sphère privée se dessine, et s'accentue, ces derniers temps.

En terme de liberté, autant la personne est libre, "comme avant", de faire ce qu'elle veut, chez elle, ou dans sa sphère privée, en famille et entre amis proches.
Autant, depuis quelques temps, dès qu'on sort vers la sphère publique, les contraintes et la rigueur imposée aux comportements et aux libertés d'actions, se renforcent.

J'avais parlé du clash entre l'individuel et le collectif. Notamment dans cet article :
cri : forme-d-anarchies-et-patchwork : tableau général et exemple pour l'argent.

Voici l'extrait principal :
"L'individuel et le collectif sont en clash : tendance lourde, qui est déjà là depuis 2012-2013, et qui durera au moins jusqu'en 2018. j'en ai déjà parlé, mais peut etre pas suffisamment.
Cette tendance prend d'autant plus d'importance, qu'elle permet d'outrepasser les paradoxes apparents de celle de "forme-d-anarchie-et-patchwork"
Cette tendance est aussi, par elle même, super interessantes."

Vous trouverez dans cet article, juste après ce paragraphes, d'autres éléments très intéressants, pour comprendre la période actuelle.
Mais restons dans la grande ligne : celle de l'accentuation de démarcation entre la spère publique et la sphère privée.

La sphère publique et la sphère privée se démarquent. La démarcation s'accentue.

Dans cette article, j'avais pointé la nécessité de démarquer les deux sphères dans la communication numérique, via les adresses emails.
cri : adresse-privee-adresse-publique ... et adresse-message

Idem pour les téléphones mobiles : j'indiquais dans un chapitre de cet article, l'utilisation de deux téléphones :
"l'un pour les usages privés, l'autre pour les usages publiques.
(avec des carnets d'adresses différents, pour vos contacts privés, et vos contacts publiques)"

Rien de bien sorcier, mais cela donne une grande puissance, pour éviter l'asservissement par les services numériques.
La notion est expliquée concrètement là : Explication sur les Coolphones.
"Simple : vous utilisez un Coolphone pour votre vie privée, et un autre smartphone pour votre vie publique".

Les comptes bancaires aussi.
Voir ce "mail de CRI" du "Sun, 8 Jan 2017 19:10:10 +0100", dont le sujet est cri : compte bancaire aussi : privé et publique.....

Je ne retranscris pas les morceaux croustillants de ce mail de CRI. Je vous laisse le soin d'aller le lire, il est simple, court, et très clair.

S'il me paraissait important, dès 2017, de démarquer les adresses emails, les smartphones/coolphone, les comptes bancaires,... dans le rapport de l'individu au collectif, je ne pensais pas que ce besoin de démarcation s'accenturait à toute la sphère privée et sphère publique.

Il est temps de constater la tendance et de préciser sa description.

La tendance est :

Le constat est là : on n'a pas fini de voir évoluer le rapport entre la sphère publique et la sphère privée.

La sphère privée dans l'internet, le web, le numérique

L'internet, ce n'est pas le web, et ne c'est pas non plus le numérique. Ces trois termes désignent des choses très différentes.
Leur point commun, c'est l'informationnel, donc l'immatériel.

Et dans l'immatériel, c'est quoi, la notion de spère privée ?

Cela renvoi à la notion de territoire.
Alors,... c'est quoi, la notion de territoire, dans l'immatériel, et dans l'informationnel ?
J'écrirai un ou des articles, sur ce sujet important pour comprendre le monde d'aujourd'hui et de demain,... mais plus tard.

Pour l'instant, on va se contenter de dire que la spère privée, elle repose sur la cryptographie, et sur le fait de ne pas laisser de traçe de ses actions et "mouvements" dans un domaine numérique, web, internet,...

Quelques exemples de moyens de sphères privées dans l'internet :

L'internet, c'est par définition le collectif, un commun, les communautées, et donc la sphère publique.
Il est amusant de voir que depuis le début de l'internet, une sphère privée s'est mise en place, pour évoluer, agir, et utiliser l'internet.

La chute de la chanson : la frequentation des églises si on ne trouve pas de vaccin ?

La chute de la chanson citée en tout début de cet article est surprenante, drôle, ... et significative.

Pour rappel, le texte :
"Toute façon à l'église y a de moins en moins de public
Moins de public
Moins de public
Mais ça pourrait changer très très vite
Si on ne trouve pas de vaccin...
.... de ?????
vaccin..."

Une augmentation de la fréquentation des églises si on ne trouve pas de vaccin ?
Est-ce que ce serait une illustration de l'interpellation par le divin, qui devrait se manifester, cette année ?

A ce sujet, voir :
8 janvier 2020 : Bonne année ! 2020... divin !... 2020... et ben !... et 2020... les besoins...

Surprises, besoins, "faux-départs", coups d'arrets et redémarrages,... l'année a été encore plus surprenante et intense, déjà en juillet, que cet article ne la décrivait.
Sauf pour le divin.

Pour rappel :
"Je vous souhaite une excellente année 2020 !
Une année à toucher le divin !... pas moins.... à travers ce changement de civilisation et de naissance d'une nouvelle divinité, qui se déroule sous nos yeux.
Une année de souplesse, et de vives émotions, devant les stupéfactions qui ne manqueront pas,... et de tenacité et de résistance sous les coups durs, qui nous tomberons dessus peut-être aussi.
Et une bonne dose de courage, pour se retrousser les manches et commencer à bâtir les nouveaux modèles de prospérité, d'infrastructures, de structure des sociétés, pour répondre aux besoins,... avec parcimonie, de manière raisonnable et raisonnée, bien entendu...

Bref, la montée et la descente de l'échelle de Jacob..."

Et Pour rappel aussi, la conclusion de l'article :
"Ben avec tout ce qu'on va se manger, ... si on fait pas un gros caca à la fin de l'année, ben ça m'étonnerait !
Mais comme indiqué dans le point général sur l'année, ci-dessus : il s'agit surtout de voir, à travers ces effets turbulent et chaotique, le fait d'obliger de s'arrêter de faire ce qu'on faisait avant, et d'obliger de démarrer et bâtir une nouvelle société.
Il s'agit surtout de voir la puissance du mouvement de structuration, de mise en place d'infrastructures et d'institutions, et la puissance de légitimité de ces nouvelles structures de société.

Bonne année 2020 !"

Ben alors ? il est où le "toucher le divin" ?

L'approche du divin viendra peut-être, comme le propose la chanson, du fait de ne pas trouver de vaccin.
A mon avis, cela viendra surtout de "la puissance de légitimité de ces nouvelles structures de société".
La légitimité sera probablement établie, ou ressentie, avec un aspect divin, ou de rapport à la divinité.

Inversement, si les américains trouvent un vaccin, ils diront probablement que c'est parce que "In God We Trust", comme sur les billets de dollars.

En tout cas, l'année sera encore riche en surprises, en étonnements, en confrontations et affrontement face à l'incongruité des faits, des actions des autres.
La bulle, ou la sphère privée, sera probablement aussi un refuge.

Et pour le divin, l'année n'est pas finie... alors,... on verra.
Comme évoqué dans l'article du 8 janvier : cela sera probablement en toute fin d'année, vers le 21 décembre 2020.

D'ici là, comme l'a montré le début de cette année : beaucoup de surprises, dont ces créations étonnantes et amusantes, ces blagues qui circulent et croquent si bien le temps présent, et ses frasques....



Creative Commons License  "Les CRIs : Au fil du temps : Spectacles sans public, sphère publique et sphère privée. vous est proposé par les-cris.com sous la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License.
Mis-sur-site : 26/07/2020 / Mis-à-jour : 26/07/2020