En 2021, l'industrie automobile semble commencer à dire les choses alors que le constat était flagrant dès 2016.

Cet article fait partie d'une série compacte sur ces notions et évolutions du monde :

Ces 3 articles sont une des illustrations concrètes de l'utilisation des articles Les CRIs.


Creative Commons License  "Les CRIs : Au fil du temps : En 2021, l'industrie automobile semble commencer à dire les choses alors que le constat était flagrant dès 2016." vous est proposé par les-cris.com sous la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License.
Mis-sur-site : 26/10/2021 / Mis-à-jour : 26/10/2021


Visiblement, le secteur automobile a commencé à dire les choses

Cela fait un an, environ, que l'on peut constater un début de communication, sur le problème du grand ramdam dans le secteur automobile.

Pas le grand : "on est super fortiche, on va faire la voiture électrique".

Le grand : "hou là là,...mais, ça va être un sacré ramdam,..." et "c'est compliqué", comme on dit en mode politiquement correct, pour dire que c'est la merde.

Notamment, l'interview indiquée ci-après montre que les choses commencent à se dire.

Illustration avec une interview

Cette interview est intéressante.
On y entends notamment que le secteur est en train de commencer à dire le grand ramdam du secteur, qui est incontournable.

Luc Chatel (PFA) : Automobile, le défi de l'électrique - 26/10/2021
"Ce mardi 26 octobre, Luc Chatel, président de la Plateforme automobile (PFA), s'est penché sur larévolution automobile et les impacts de la crise des semi-conducteurs sur la filière, dans l'émission Good Morning Business".

Sur le site de la radio : Luc Chatel (PFA) : Automobile, le défi de l'électrique - 26/10/2021

L'enregistrement sonore du lavage de voiture de demain est là :
Enregistrement sonore de l'interview : Luc Chatel (PFA) : Automobile, le défi de l'électrique - 26/10/2021

A la minute 5'00, il évoque le fait qu'il n'y a plus autant de pieces dans le moteur.
D'où le ramdam dans le personnel du secteur, etc...

C'est bien, les choses commencent à se dire.
Cela ne peut que faire du bien au secteur.

Le constat était simple et flagrant dès 2016

Le constat de ce qui est dit, maintenant, en 2021, dans les média, par les intervenants et dirigeants du domaine, était déjà simple à faire, et flagrant, en 2016.

Vous avez les éléments factuels dans cet article :
Les CRIs : Au fil du temps : En 2016 : cri : des voitures sans conducteurs, sans volant, sans pédales,.... sans.... en 2021... et le frein à tout cela ???

Si vous voulez le parcourir rapidement : Lisez les phrases en gras : ce sont les points clés.

Vous avez aussi le chapitre : "Résumé ultra court", pour en prendre la substance, et faire très vite.

Depuis 2016,...

Depuis 2016,... je vis avec ce constat, lucide, flagrant, évident, en tête.
Je ne peux pas ne pas m'intéresser à ma voiture, à son moteur, à son entretien.
À voir la merveille d'élaboration, de puissance, et de fiabilité (le patron de Renault : les voitures, c'est avant tout de la fiabilité... ou une phrase comme ça...),
Sans penser à ce monde qui s'en va... même si c'est lentement... on a le temps,... mais il s'en va.

Sans penser à ce constat flagrant de tout ce secteur qui va se retrouver dans un rétrecissement d'activité de folie.
Que le textile en France, c'était de la gnognotte à coté de ce que va connaître le secteur automobile.

Sans penser à toutes ces personnes qui vont être bousculées dans leurs activités professionnelles, au quotidien comme au stratégico-pratique de "qu'est ce que je fais, maintenant... vu que....".
Sans penser à toutes ces entreprises et les personnes qui les composent, et à ce constat renouvellé, au fil des années (5 ans, c'est long !), qu'elles freinent des 4 freins.
Sans voir le fossé se creuser, au fil des années, dans toutes ces entreprises (concessionnaire, vendeur de pièces détachées, constructeurs), entre l'aspect matériel (physique, tangible, l'acier, les pieces moteur), et l'aspect informationnel (l'informatique,... le numérique dans la voiture...).

Le constat est là, et ça fait 5 ans que je vois les choses évoluer, sans tenir compte du gros paquet de difficultés qui est devant.
J'entends, je vois, je lis des choses dans les médias.
Rien qui ne me déclenche un impulsion d'écrire à nouveau, pour refaire le point, sur ce constat.

Il faut dire que j'ai été aussi bien occupé, pendant ces 5 années... et notamment à écrire sur plein d'autres sujets, les articles de CRIs sont là, maintenant, sur le site (débuté en 2017 environ).
Il y en a eu des choses à écrire, dans Les CRIs, depuis ans... hou là là,...

Et là, cette interview.
Là, impulsion : faut écrire...
Ce qui est dit colle tellement à ce constat d'il y a 5 ans : allez, et hop ! j'écris !...

Les articles des CRIs, ça sert à ça...

Les articles des CRIs, ça montre des constats flagrants de ce qui est sous nos yeux.
Ça montre des choses que personne ne dit, ailleurs, ni sur l'internet, ni sur les média (ou si peu... si rare à trouver, dans un coin de l'internet... parfois, peut être...).

Ça montre des choses qui peuvent être utiles, pour mieux comprendre ce qu'il se passe.
Ça montre des choses qui peuvent, peut être, être utiles pour tenter d'éviter d'être dans la panade, 5 ans plus tard.

Les articles des CRIs, ça ne fait que des constats, des réflexions, et aide à prendre des décisions ou des impulsions.
Ça ne fait que ça. Le reste, c'est le monde, les gens, ... qui le font.



Creative Commons License  "Les CRIs : Au fil du temps : En 2021, l'industrie automobile semble commencer à dire les choses alors que le constat était flagrant dès 2016. vous est proposé par les-cris.com sous la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License.
Mis-sur-site : 26/10/2021 / Mis-à-jour : 26/10/2021