Commerçants, PME : le risque sur Facebook, Google est énorme !

Vous trouverez dans ce "Document_emails_de_CRI_10" des Constats - Reflexions - Impulsions (CRI) intéressants sur :
Creative Commons License  "cri : commerçants, PME : le risque sur Facebook, Google est énorme !" vous est proposé par les-cris.com sous la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License.


Sujet : cri : commerçants, PME : le risque sur Facebook, Google est énorme !
De : adresse_email_de_CRI_10
Date : 16/03/2018 12:14
Pour : adresse_email_de_CRI_10

Hello,

titre complet (le fil des mails, écrits au fil du temps, et que vous trouverez ci-dessous) :
cri : commerçants, PME,... : le risque sur Facebook, Google est énorme ! // cri : Fwd: Faut-il créer un label « Internet bio » permettant aux services respectueux de faire la différence ?

*******************************************************************

Voici un petit constat qui est très intéressant.

Un petit constat, à propos d'un risque énorme.

Voici les chapitres de cette article :
* Introduction - le risque, les personnes concernées
* Le risque - bien comprendre l'entourloupe - Dispersion des clients dans l'instant
* Le risque - bien comprendre l'entourloupe - Dispersion des clients dans le moyen terme
* Le risque - bien comprendre l'entourloupe - Favoriser les gros concurrents, avec les informations
* Les dégâts, de perte de clientèle, sont énormes !
* Un principe clé dans les affaires : des partenariats entre égaux, et du commerce équitable
* Rapport de taille, rapport d'intérêt et de puissance, ... et intérêt commun ?
* Les CCI font la promotion de Google, de Facebook, pour les commerce-TPE-PME
* Les dégâts, aussi dans les grands groupes et grandes enseignes.
* Les solutions, pour éviter les dégâts
* Le partage, le don, la générosité.... et le commerce.

Introduction - le risque, les personnes concernées

J'aurai pu titrer : "commerçants, PME,... : sur Facebook, Google, vous vous faîtes rouler dans la farine !".
Mais cela n'aurai pas été juste.
D'abord et avant tout parce que ce ne sont pas les entreprises Facebook ou Google qui roulent les commerçant-TPE-PME dans la farine.
Ce sont les commerçant-TPE-PME eux même qui vont chercher les mauvaises situations, et les problèmes, en allant volontairement et avec un total consentement, s'inscrire et utiliser les services de FaceBook ou Google, pour leurs activités et en particulier pour leurs actions de communication et action commerciale.
Cf : cri : les gens adorent ça ! (la colonisation-par-les-services-numériques)

Deuxièmement, parce que les plus commerçant-TPE-PME habiles peuvent aussi très bien tirer leur avantage sain et énorme, de l'utilisation des services,... sans se faire avoir dans l'affaire.
Ce n'est qu'un risque, pas une fatalité (c'est bien, ça, non ?).

Bref, vous l'avez compris, en écrivant : "le risque est énorme", c'est plus juste, comme expression, .... même si cela implique, de fait, que dans beaucoup de cas, c'est vraiment une mauvaise affaire, que d'aller utiliser, pour son commerce, ou pour sa TPE-PME, ces services-numériques-centralisés-et-mondiaux.

Par ailleurs, on peut dire "FaceBook, Google", mais cela est valable pour toutes les plateformes de services qui sont mondiales, (ou très vaste géographiquement).
Et surtout, pour toutes les plateformes de services qui sont centralisées, donc qui ont comme modèle d'affaire (modèle de business, pour ceux qui veulent parler à la façon.... business....) de centraliser les services, et les informations, pour, notamment, récupérer et revendre au plus offrant les informations, les espaces de publicités, etc....
Des exemples ?
TripAdvisor, les sites de chambres d'hotes (qui fonctionnent plus par a pub que par les recettes des abonnés,.... donc ceux gratuits...), ... et toutes les plateformes de commerce qui sont gratuites, et se rémunère sur la publicité et a vente des informations.

Des exceptions ?
Il y en a plein.
par exemple : https://www.acheteralasource.com/
https://www.cagette.net/

Les commerce-TPE-PME concernés : ce sont tous ceux qui communiquent et vendent, pour leur activités professionnelle, en utilisant l'internet.
C'est à dire les artisans, les commerçants, les prestataires de services (garagistes, chauffagistes, peintres, avocats, juristes, comptables,....).
Ce sont aussi les producteurs de produits locaux, qui vendent aux particuliers, et aux commerce-TPE-PME localement.

Le risque - bien comprendre l'entourloupe - Dispersion des clients dans l'instant

Le modèle d'affaire de Facebook, Google et des services-numériques-centralisés-et-mondiaux, c'est de vendre de la publicité à ses utilisateurs.
Et de vendre des informations juteuses aux plus offrants.
C'est bien connu, et il suffit de consulter leurs publication (publiques) pour les investisseurs et obligatoire pour proposer leurs actions dans les bourses américaines (ou Française aussi,....).

Donc, quand les gens vont sur Facebook, le but de Facebook ou Google, c'est de leur présenter de la publicité.

Un commerçant, par exemple, fait une page Facebook pour son commerce (local, de proximité, service et sourire,...).

Question : Quand un des clients du commerçant vient voir ce qu'il a publié, ou vient chercher le numéro de téléphone pour l'appeler, qu'est ce que vous croyez que Facebook fait ?
Qu'est ce que Facebook présente à l'utilisateur (c'est à dire à ce client de ce commerçant) ?

Il présente de la publicité pour d'autres choses, et pour d'autres commerçants (et pourquoi pas l'hypermarché du coin).
Il invite très efficacement le client à aller vers d'autres commerçants, d'autres TPE, .... que celle que le client venait consulter.

Concrètement : un commerçant fait une belle page pour les oeufs de Pâques qu'ils vient de créer, tout beaux,.... le client vient voir,... et habilement, Facebook lui propose de la publicité pour d'autres commerçants, d'autres chocolats, d'autres friandises.....

Génial !
Le commerçant peut s'étonner, ensuite, sur le moyen terme, de voir les clients se disperser vers des tas d'offres différentes, .... et vers ses concurrents !

Et cette mécanique infernale, elle marche super bien !
La preuve ?

Il suffit de regarder le chiffre d'affaire de Facebook, de Google,.... pour constater que cette mécanique fonctionne très bien.
Ne regardez pas le bénéfice, .... c'est trop horrible (âmes sensibles, s'abstenir....).

Bref, les dégâts sont considérables.

Le risque - bien comprendre l'entourloupe - Dispersion des clients dans le moyen terme

Déjà, cf ci dessus, le risque et la dispersion des clients, dans l'instant de la consultation, est énorme.

Mais en plus, c'est encore plus efficace sur le moyen terme.

Il faut penser à la "trace-de".

Le client laisse des trace-des-consultations, des trace-des-fournisseurs-preferes, des trace-des-goûts.

Qu'est-ce que va faire un FaceBook, un Google, un TripAdvisor, de cette information ?

Sur le moyen terme, il va tirer avantage de ces informations, pour amener le client vers des offres de tas d'autres commerçants, grandes chaines etc...
Ils vont utiliser leurs moyens subtils, et très efficaces, ... pour orienter le client,.... vers autre chose que le commerce-TPE-PME qui avait mis sa page chez eux....

Et ils sont très fort pour faire cela !
Ils utilisent les goûts des gens, les timings, les habitudes,.... pour proposer de manière redoutable, d'autres offres.

C'est leur argument de vente de leur publicité, de leurs actions.
Et leur clients, qui leur paient des millions d'euros tous les ans, ... en sont visiblement très content, parce que ca marche très bien pour récupérer des clients.

Le risque - bien comprendre l'entourloupe - Favoriser les gros concurrents, avec les informations

Dernier point : ils collectent l'information, et en font une très belle soupe, que les gros concurrents vont acheter (un bon prix, cf les chiffres d'affaires de facebook, etc...), pour mieux mener leur actions marketing et commerciales.

En mettant leur pages sur FaceBook, en utilisant les services de publicité de Google, les commerce-TPE-PME donnent à ces Facebook, Google et autres services-numériques-centralisés-et-mondiaux des informations d'une grande valeur, sur leur clientèle, sur les habitudes de leur clientèle, sur les goûts de leur clientèles,.... et sur les dynamiques d'évolutions de leur clients.

Pour faire court : ils leur donnent les informations les plus importantes sur leur clients,.... ils leur ouvrent la porte pour accéder à leur clientèle..... et donc leur chiper !
Et les concurrents, les grandes enseignes, etc... peuvent se régaler, de toute cette information, précise, sur le marché, sur les clients de leur petits concurrents.... pour mieux mener leurs actions et récupérer les clients de leur petits concurrents.

En mettant une page sur Facebook, et en alimentant cette page, les commerce-TPE-PME "partagent" les informations sur leurs clients, avec leur gros concurrents.
Ils ouvrent litéralement leur clientèle à leurs concurrents, et surtout leurs plus gros concurrent, qui ont les moyens d'acheter ces informations (et ne s'en privent pas).

Les dégâts, en terme de perte de clientèle, à moyen et long terme, sont énormes, pour les commerce-TPE-PME.

Les dégâts, de perte de clientèle, sont énormes !

Comme c'est décrit, ci dessus, dans les trois chapitre : les dégâts de perte de clientèle sont énormes.

Et c'est un constat simple à faire : ca marche très bien, toute cette mécanique ...
Elle a été inventé pour cela.

Par ailleurs, en terme de constat, bien factuel, bien flagrant, il suffit de constater d'une part les chiffres d'affaires et les bénéfices des Facebook et autres services-numériques-centralisés-et-mondiaux,
Et il suffit de constater ce qu'achètent, et à quel prix, les grandes enseignes commerciales, les grands groupes, les grosses entreprises, en matière de publicité et informations marketing (auprès des services-numériques-centralisés-et-mondiaux).

Vu les montants en jeux, vu les résultats, pour les grands groupes, les grandes enseignes,.... il est facile de constater que "ca marche très bien,... pour eux...", et que l'ampleur de leur avantage est énorme.

Les dégâts sont énormes, ... pour les commerce-TPE-PME.

Un principe clé dans les affaires : des partenariats entre égaux, et du commerce équitable

Il y a un principe clé, dans les affaires, c'est qu'on fait des partenariats entre égaux.

Pas entre entreprises ou activités qui sont disproportionnées, l'une par rapport à l'autre, et avec l'un qui a un avantage énorme, voire une suprématie, sur l'autre.

Par ailleurs, sa traduction, sur le plan commercial, c'est qu'on fait du commerce équitable.

On parle beaucoup du commerce équitable pour les grandes compagnies d'agroalimentaire, et les petits producteurs de café, de cacao, de bananes....

Et bien là, on va pouvoir parler de commerce équitable entre les grosses compagnies de services-numériques-centralisés-et-mondiaux ... et les commerce-TPE-PME.

La manière de faire actuelle, ce n'est pas du commerce équitable entre les grosses compagnies de services-numériques-centralisés-et-mondiaux ... et les commerce-TPE-PME.
La preuve est simple à constater, elle est factuelle : les grosses compagnies de services-numériques-centralisés-et-mondiaux font des bénéfices (après investissements, mais avant impôts - dont ils ne payent pas des grosses sommes) de l'ordre de 40 à 50 % du chiffre d'affaires.... c'est à dire des bénéfices énormes.

C'est bien les bénéfices,.... c'est une très bonne chose.
C'est bien, un commerce florissant, surtout au niveau mondiale, quand on tient un commerce de services-numériques-centralisés-et-mondiaux (ce qui n'est pas simple).

Ce qu'il est important de voir, c'est que les ventes de services ne sont pas équitables.
Autrement dit : "ils-nous-donnent-bien-peu-par-rapport-a-ce-qu-ils-nous-prennent".

Vous pouvez lire plus de détails, sur cette page :
colonisation-par-les-services-numériques - ils-nous-donnent-bien-peu-par-rapport-a-ce-qu-ils-nous-prennent .

Après, chaque commerce-TPE-PME fait ce qu'il veut.

Rapport de taille, rapport d'intérêt et de puissance, ... et intérêt commun ?

Il y a un rapport de taille (de chacun), d'intérêt et de puissance, qui est énorme, entre les commerce-TPE-PME, et les Facebook, Google, et autres services-numériques-centralisés-et-mondiaux.

Je ne vais pas y aller par 4 chemins : les services-numériques-centralisés-et-mondiaux, ils n'en n'ont rien à faire, des commerce-TPE-PME, au niveau individuel.

Ils s'en foutent, des commerce-TPE-PME, au niveau individuel.

Ils ont des objectifs, et des intérêts, qui n'ont rien à voir avec chaque commerce-TPE-PME, au niveau individuel.

Pour le dire simplement : eux, ce qui les intéresse, c'est d'avoir les clients, et les commerce-TPE-PME, qui leur donnent leur infos, au niveau globale, sur leurs activités, leur goût, leur rythme de proposition de nouvelles offres de produits, etc....

Ils s'en foute, que le commerce-TPE-PME, au niveau individuel, mène ses actions commerciales, et fasse ses ventes.

Les services-numériques-centralisés-et-mondiaux, n'ont que très peu d'intérêts en commun, avec chaque commerce-TPE-PME, au niveau individuel.

A mon avis, les affaires ne peuvent pas être bonnes, si les petits essaient d'utiliser les gros.

Les CCI font la promotion de Google, de Facebook, pour les commerce-TPE-PME

Voici un exemple : CCI BAYONNE PAYS
Cf ces conférences et formations :

https://www.bayonne.cci.fr/Performance-numerique/Conference-PLUS-DE-CLIENTS-SUR-VOTRE-SITE-INTERNET-LES-12-LEVIERS-EXPLOITABLES-EN-2018.html
Extrait de la présentation : "Notre objectif en programmant cette conférence est simple : vous offrir un panorama des différents leviers à votre disposition pour attirer plus de clients sur votre site web. Un bon référencement Google, certes, mais pas seulement ..."
"L'objectif pour vous est de comprendre le potentiel de ces leviers de business, pour décider du bon mix pour votre entreprise, et faire appel à des compétences internes ou externes, en connaissance de cause. Cet atelier s'adresse autant au décideur de l'entreprise qu'à ses collaborateurs."
"60 € HT la conférence."

D'après le descriptif, il est évident qu'ils vont présenter le modèle d'affaires de Facebook, de Google, et qu'ils vont en présenter les tenants et aboutissants, pour les commerce-TPE-PME.

C'est évident qu'ils le font......
C'est évident que dans les CCI, ils vont bien mettre en garde les commerce-TPE-PME, à propos de leur utilisation de Facebook, Google, et des services-numériques-centralisés-et-mondiaux, et du commerce non équitable qui se produit sous vos yeux, ainsi que des dangers, pour la clientèle du commerce-TPE-PME.

C'est évident que les CCI, elles expliquent aux commerce-TPE-PME, que, quand ils font une page FaceBook, ou qu'ils s'appuyent (en payant ou  pas), sur Google, ils donnent à ces Facebook et Google l'avantage d'en savoir beaucoup sur leurs clients, sur leurs goûts et habitudes,.... et que les Facebook et Googles font leur beurre de revendre ces informations à leurs concurrents directs des commerce-TPE-PME (les grandes enseignes, la grande distribution, les vendeurs de chaussures sur internet, les vendeurs de matériel de bricolage sur internet, etc.... au plus offrant...).

Vous pensez bien qu'une CCI, c'est là pour ça.

Bon, si jamais, par hasard, ils ne le faisaient pas, et si, par hasard, vous connaissez quelqu'un chez eux,.... vous pouvez leur dire qu'à Eauze, il y a des conférences sur le sujet.

Et qu'il y a des publications sur le sujet, tout est disponible, en licence Commons Creative - Attribution et Share-Alike, sur le site : www.les-cris.com.

Les dégâts, aussi dans les grands groupes et grandes enseignes.

Depuis cet été, ca renacle, ca râle, clairement, chez les grands groupes, et les grandes enseignes, concernant les services des facebook, google, twitter, et autres services-numériques-centralisés-et-mondiaux.

Les grands groupes, et les grandes enseignes ont mis sur la table des questions sur les résultats des services de publicité et d'informations, sur leur validité, sur leur valeur.

Vous avez pu lire, entendre, voir ces choses là dans les média.

Sans entrer dans les détails, il est très intéressant de voir que les grands groupes, et les grandes enseignes ont aussi constaté quelques "petits problèmes", dans les belles mécaniques des services-numériques-centralisés-et-mondiaux.

A suivre,.... c'est intéressant de voir l'évolution du monde.

Les solutions, pour éviter les dégâts

Pour un commerce-TPE-PME, les solutions sont simples, pour gérer ses relations et ses utilisations des services-numériques-centralisés-et-mondiaux.
Et pour éviter les dégâts décrits ci dessus.

En voici une liste, rapidement présentée : Globalement, il s'agit d'utiliser l'internet, avec toute sa richesse et ses multiples possibilités, dans le sens de ses intérêts, en tant que commerce-TPE-PME, ... et d'éviter (comme la peste) de se faire utiliser, en y perdant des plumes, par les services-numériques-centralisés-et-mondiaux.

Mettre les possibilités d'Internet, et des services-numériques-distribués-et-locaux à son service, pour favoriser vraiment son activité de commerce-TPE-PME.

C'est l'internet qui ouvre et facilite la communication, les ventes,.... au niveau mondial,.... ce ne sont  pas les société mondiales, multinationales.

Le partage, le don, la générosité.... et le commerce.

Dans la société, en 2018, il est devenu usuel de parler de "partage".

On partage sur les réseaux sociaux, sur internet, .... dans les salons, dans les évènements qui rassemblent les gens.

On partage encore aussi autour d'une table, mais c'est dans un autre sens, que le mot est utilisé, pour les réseaux sociaux, etc.... puisqu'il n'y a pas de table.

On partage souvent des choses qui sont dans le domaine de l'informationnel, ou de l'immatériel.
on ne partage pas aussi souvent des choses qui sont dans le domaine du matériel.

Je ne vais pas développer, ici, ces notions de partage, qu'il faut mettre en regard de ceux de don, de générosité, etc....
je le ferai dans un autre Mail_de_CRI.

Cependant, pour ces constats et réflexions sur le commerce, et les services-numériques-centralisés-et-mondiaux, il me parait très important d'attirer l'attention sur ce qu'on partage, et ce qu'on ne partage pas, quand on mène ses activité dans un commerce-TPE-PME, avec les services-numériques-centralisés-et-mondiaux.... et avec ses clients.


Bon, voili voilou..... c'est un beau Constat-Reflexion-Impulsion, cette histoire de risque énorme, que prennent les commerce-TPE-PME, avec les services-numériques-centralisés-et-mondiaux.
En le terminant, je me rends compte que cela permet de bien comprendre ce qu'il est en train de se passer, avec lucidité,.... et que cela permet de pouvoir bien éviter les dégâts.

A+
Les_emails_de_CRI_10





-------- Message transféré --------
Sujet : cri : Fwd: Faut-il créer un label « Internet bio » permettant aux services respectueux de faire la différence ?
Date : Tue, 30 Jan 2018 20:37:34 +0100
De : adresse_email_de_CRI_10
Pour : adresse_email_de_CRI_10


Hello,

cf le mail ci dessous.

intéressant de voir que ces notions sont reprises dans des médias.

même si la question reste sans intérêt.

pour la raison toute simple que le label existe déjà, qu'il n'a pas besoin d'utiliser le mot "bio" qui n'a rien à faire dans ce domaine.
et quelques autres raisons, ... voir ci dessous.

**********************************************************************
pour le label, il existe déjà : les services des CHATONS

https://chatons.org/fr

Pour l'image amusante et significative, vous la trouvez là :
https://degooglisons-internet.org/alternative

et elle y est interactive !
vous pouvez cliquer sur la carte, pour trouver les alternatives "saines, non colonisatrices", des services.

Pour le mouvement, il est déjà actif depuis deux ou trois ans :
https://degooglisons-internet.org/

**********************************************************************
pour la raison la plus importante, à mon avis, de vivre en dehors des services qui colonisent les populations : voici les éléments :

/pages-010-quelques-articles-2018/cri-pensee-du-jour-171103-l_intelligence-artificielle-sera-a-la-vie-quotidienne.php#colonisation-par-les-services-numeriques

le tag aussi existe depuis cet été (je crois, de mémoire) : colonisation-par-les-services-numériques


**********************************************************************
c'est vraiment intéressant de voir que, enfin, certains média commencent à se poser la question, et à imaginer de pouvoir se donner l'autorisation de fournir et d'utiliser des services qui ne soient pas des services colonisateurs des populations.

cela n'empêchera pas les populations de préférer les services colonisateurs,....

le bio n'empêche pas les gens, en général, de préférer les fast food, les pizza surgelées, et autres plats préparés avec amour, et qualité industrielle au top de son art.
il suffit de voir les proportions de vente dans chaque secteur, bio, fast food, bouffe industrielle bien industrielle,...

la question, là aussi, est à coté de la plaque, à mon avis :  "permettant aux services respectueux de faire la différence".
ce n'est pas aux services respecteux ... de faire la différence,... c'est aux utilisateurs, ....

c'est comme avec les bd d'astérix .... on n'a pas fini de rigoler !.... ;-)

A+
Les_emails_de_CRI_10




-------- Message transféré --------
Sujet : Faut-il créer un label « Internet bio » permettant aux services respectueux de faire la différence ?
Date : Tue, 30 Jan 2018 16:09:28 +0000
De : Next INpact <lecteurs@mailing.nextinpact.com>
Répondre à : Next INpact <lecteurs@mailing.nextinpact.com>
Pour :


Faut-il créer un label « Internet bio » permettant aux services respectueux de faire la différence ?
Microsoft

Faut-il créer un label « Internet bio » permettant aux services respectueux de faire la différence ?

Il y a un peu plus de deux ans, nous nous posions une question : et si on dépolluait Internet ? Nous notions en effet depuis plusieurs années que les sites devenaient de plus en plus impraticables du fait d'abus publicitaires et de méthodes douteuses comme la lecture automatique des vidéos ou l'auto-refresh.

Mais cette gêne visuelle en cachait une autre : la collecte massive de données, mise en place à travers les services des géants du Net (Analytics, boutons J'aime, etc.) et d'espaces publicitaires toujours plus automatisés.

On le voit aujourd'hui, chaque site peut déposer des dizaines de cookies sans le moindre consentement de l'utilisateur, le tout à travers une centaine de domaines tiers. Pour le vérifier, il n'y a qu'à utiliser des outils comme Kimetrak et regarder les données du navigateur (voir notre dossier).

Lire la suite

Consultez cet email dans votre navigateur - Partager cet email - Gérer vos préférences
Ne plus recevoir aucun email de notre part - Vous recevez cet email parce que vous faites partie de la base d'inscrits de Next INpact via l'adresse
 





Creative Commons License  "cri : commerçants, PME : le risque sur Facebook, Google est énorme !" vous est proposé par les-cris.com sous la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License.